Ayn Soukhna saison 2015

La quatorzième campagne d’étude du site pharaonique de ʿAyn-Soukhna s’est déroulée du 10 janvier au 28 février 2015. Cette campagne était placée sous la direction du Pr Mahmoud Abd el-Raziq (égyptologue, université de Suez), sa co-direction scientifique étant assurée par Georges Castel (archéologue, Ifao), Pierre Tallet (égyptologue, université de Paris-Sorbonne) et Claire Somaglino (égyptologue, Université Paris-Sorbonne). Elle a bénéficié d’un soutien logistique, scientifique et technique de l’Ifao, de l’université de Paris-Sorbonne et de l’UMR 8167 du Cnrs. Y ont participé : Valérie Leprovost (céramologue, Ifao), Maryline Sellier, Adeline Bats et Mélanie Lelong (doctorantes, université de Paris-Sorbonne), Georges Verly (métallurgiste, Université libre de Bruxelles), François Briois (CNRS-UMR 5608), Ebeid Mahmoud (restaurateur, Ifao), Ihab Mohamed (photographe, IFAO), Camille Lemoine (dessinatrice, Ifao), Julia Gorecka (dessinatrice), Adel Farouk (intendant, CSA) et Gamal Nasr el-Din, chef des ouvriers. Le CSA était représenté par Aid Hussein Aid Mohamed, inspecteur.

Cette mission a également bénéficié, comme les années précédentes, de mécénats des sociétés Bouygues-Vinci (métro du Caire-L3)[1], Vinci (barrage d’Assiout), Colas Rail, Total Égypte et Saint-Gobain Égypte.

Les objectifs de la mission 2015 étaient de continuer à élargir la zone de fouille vers le nord, c’est-à-dire vers la route, afin de connaître au mieux un terrain potentiellement menacé par l’élargissement de la route goudronnée, ainsi que de poursuivre des nettoyage fins sur les secteurs déjà explorés au cours des années précédentes.

Comme chaque année, la campagne de janvier-février 2015 a occasionné son lot de surprises… tout d’abord une mauvaise puisque, de retour sur le terrain mi-janvier, nous avons trouvé la zone de fouille recouverte d’une couche de boue séchée épaisse de quelques centimètres à plusieurs dizaines de centimètres par endroits. Cela est la conséquence d’un violent et bref épisode pluvieux qui a eu lieu en juin 2014. L’eau a ensuite stagné pendant des mois dans la dépression formée par la zone de fouille, tout drainage vers la mer étant désormais rendu impossible par la route et les constructions du bord de mer. Le nettoyage et la préparation de la zone de fouille ont donc pris plus d’une semaine au lieu des deux ou trois jours habituels. Cela a été l’occasion cependant de constater que les restaurations opérées sur les murs de pierres sèches les années précédentes avaient été efficaces et avaient amplement contribué à la bonne préservation des structures déjà fouillées.

Fig. 1. Plan de la zone de fouille, à la fin de la campagne 2014. En bleu, les secteurs fouillés en 2015

Fig. 1. Plan de la zone de fouille, à la fin de la campagne 2014. En bleu, les secteurs fouillés en 2015

Il a été décidé d’étendre pour l’essentiel la fouille vers la route, dans la continuité de ce qui avait été réalisé en 2014 [fig. 1]. Cette extension nord a été tout d’abord préparée par l’intervention d’un petit bulldozer. L’ensemble de la zone est en effet recouvert d’importants déblais issus de la construction de l’hôtel qui fait face au site, et qui sont parfois directement au contact des couches archéologiques. Enlever à la main ces débris, qui atteignent parfois une épaisseur de plus d’1,50m, aurait été beaucoup trop difficile et long.

Les structures du début du Moyen Empire qui ont été dégagées dans cette zone sont assez abimées, mais bien présentes, ce qui permet de compléter le plan de l’occupation de cette époque. Plusieurs bâtiments quadrangulaires, construits en pierres sèches, en très petit appareil, sont établis sur l’escarpement rocheux – directement sur la pente – et au pied de celui-ci [fig. 2]. En plus d’un matériel céramique relativement abondant, plusieurs couteaux ou fragments de couteaux en silex, ainsi que des lamelles, ont été retrouvés.

DSC_0067

Fig. 2. Le secteur S46-Nord en cours de dégagement (vue nord-ouest/sud-est)

La fin des nettoyages dans l’un des secteurs déjà fouillé ces dernières années, S21, a livré une petite surprise : l’inhumation d’un homme en position recroquevillée, tourné vers l’est [fig. 3]. Il s’agit de la troisième sépulture d’époque pharaonique retrouvée sur le site depuis le début de la fouille. Elle date du début du Moyen Empire. Sépulture est ici un bien grand mot ! Le corps a été déposé, simplement calé entre deux pierres, sur un couche de rejet de métallurgie, contre la petite falaise de grès – à l’origine, une avancée rocheuse que l’on retrouve partout sur le site et qui marquait un ancien trait de côte devait surplomber la sépulture. Aucune trace d’un quelconque linceul, natte ou cercueil et aucune offrande funéraire préservée. L’inhumation a ensuite été abimée par l’occupation ultérieure du site car la partie supérieure du squelette est comme coupée : il manque un bras, une jambe et la partie supérieure du crâne.

Fig. 3. Inhumation du Moyen Empire dans le secteur S21

Fig. 3. Inhumation du Moyen Empire dans le secteur S21

C’est cependant la poursuite de la fouille de la zone S41 qui a réservé cette année les découvertes les plus étonnantes. Des sondages sous les niveaux trouvés l’an dernier dans ce secteur ont révélé des structures plus anciennes que la série de magasins, habitations et ateliers déjà étudiés. Un ensemble d’un type entièrement nouveau sur le site a ainsi pu être mis à jour. Tout d’abord deux fosses creusées dans le rocher (le début de la fosse la plus à l’ouest avait été repéré l’an dernier. Dim. max. : 3,10 x 1,95m et 5,15 x 2,25m). Elles semblent alignées selon un axe est-ouest – s’agit-il du début du creusement d’une seule et même grande fosse ? – et parallèles à un système en rapport avec un écoulement d’eau situé à côté, sur la pente du gebel [fig. 4-5].

Fig. 3. À gauche, le secteur S41 à la fin de la saison de fouilles 2014 (vue sud-ouest/nord-est). On distingue clairement un atelier de métallurgie et des magasins comprenant des jarres. À droite, le même secteur à la fin de la saison 2015, avec à gauche les deux fosses creusées dans la roche et à droite le « système » lié à l’eau. Une partie des structures de la XIIe dynastie retrouvées l’an dernier est encore en place.

Fig. 4. À gauche, le secteur S41 à la fin de la saison de fouilles 2014 (vue sud-ouest/nord-est). On distingue clairement un atelier de métallurgie et des magasins comprenant des jarres. À droite, le même secteur à la fin de la saison 2015, avec à gauche les deux fosses creusées dans la roche et à droite le « système » lié à l’eau. Une partie des structures du début du Moyen Empire retrouvées l’an dernier est encore en place.

Fig. 4. Le secteur S41 à la fin de la saison 2015 : on voit à droite (en vert) les deux fosses creusées dans le rocher (en pointillé, est indiqué une ligne de taille qui a entamé le gebel) et à gauche (en violet) la série de structures quadrangulaires en pierres sèches pour l’écoulement de l’eau (vue nord-est/sud-ouest).

Fig. 5. Le secteur S41 à la fin de la saison 2015 : on voit à droite (en vert) les deux fosses creusées dans le rocher (en pointillé, est indiqué une ligne de taille qui a entamé le gebel) et à gauche (en violet) la série de structures quadrangulaires en pierres sèches pour l’écoulement de l’eau (vue nord-est/sud-ouest).

Il est encore difficile d’employer des termes précis pour décrire cette structure, dont l’étude a à peine commencé. Elle est constituée d’une série de huit constructions quadrangulaires alignées, en pierres sèches, qui s’étendent sur une distance d’environ 18,5m. et dans lesquelles aucun matériel n’a été retrouvé – hormis quelques tessons de céramique. Ces « bassins » – nous employons à ce stade ce terme faute de mieux – communiquent entre eux, parfois par l’intermédiaire d’un creusement lui aussi effectué dans le rocher [fig. 6]. Les deux éléments les plus à l’ouest de ce système avaient été repérés en 2013, mais nous ne nous attendions pas en en trouver six autres. Le dernier « bassin » est à moitié engagé dans la berme Nord-Est de la fouille. Nous envisagions déjà d’étendre nos travaux dans cette direction… cela ne fait que nous inciter à poursuivre. Un certain nombre de questions sont donc encore en suspens, quant à la datation et la fonction de cet ensemble, qui ne semble pas lié à des structures d’habitat. On y verrait donc plus volontiers les traces d’une activité artisanale, qu’il reste à définir. Espérons que l’étude qui en sera menée pendant l’année ainsi que la suite des fouilles l’an prochain nous livreront des réponses.

Fig. 5. Un creusement dans le rocher relie les deux premiers « bassins » (en partant de l’ouest)

Fig. 6. Un creusement dans le rocher relie les deux premiers « bassins » (en partant de l’ouest)

Les études d’archéométallurgie ont également été poursuivies cette année, avec la fouille et l’étude détaillée de plusieurs batteries de fours de réduction de la zone basse (G. Verly). Enfin, nous avons procédé à diverses opérations de rangement des magasins et étude du matériel. Une courte mission d’étude aura également lieu durant la deuxième quinzaine du mois d’avril.

[1] Nous remercions tout particulièrement le Métro du Caire pour les nouveaux bungalow de chantier livrés cette année aux chantiers d’Ayn Soukhna et de Ouadi el-Jarf. Ils permettent d’améliorer les conditions de travail de l’ensemble de l’équipe et de préserver le matériel informatique en particulier.

Pour citer ce billet : "Ayn Soukhna saison 2015", par AMeRS. Publié sur AMeRS le 01/04/2015. Lien : https://amers.hypotheses.org/331.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *