15 ans de recherches au Sinaï et dans le golfe de Suez : résultats et perspectives

brouettes - copie

Au terme de 15 années de travail sur le terrain, notre connaissance de l’utilisation du littoral de la mer Rouge par les Égyptiens à l’époque pharaonique a été profondément renouvelée par l’exploration archéologique des trois sites qui sont étudiés dans le cadre du projet de recherche AMeRS.

La pratique de la mer à l’époque pharaonique

Des avancées importantes ont été faites notamment dans la connaissance de la navigation ancienne. Le mode opératoire des Égyptiens de l’Antiquité en ce domaine commence en effet à être bien connu : des bateaux, construits dans la vallée du Nil avec du bois de conifère importé du Levant, étaient ensuite acheminés en pièces détachées par les pistes du désert oriental vers le littoral de la mer Rouge – l’archéologue Cheryl Ward désigne ces lots préconçus par l’expression « ship kits ». Ils étaient remontés sur la côte : les textes d’Ayn Soukhna mentionnent des équipes de charpentiers, et des fosses naviformes probablement utilisées pour procéder à cette opération ont été découvertes sur le même site. À la fin d’une utilisation ponctuelle, les expéditions mettant en jeu les embarcations ne durant que quelques mois, les bateaux, à nouveau démontés, pouvaient être entreposés dans le système de galeries aménagé sur ces sites côtiers, en attente de réutilisation. Au ouadi el-Jarf, les galeries livrent régulièrement des éléments résiduels de ce type de dépôt ; à Ayn Soukhna, deux embarcations complètes mais malheureusement carbonisées, ont été retrouvées à leur place dans deux galeries du site. Datant de 1800 av. J.-C., elles sont probablement à ce jour les plus anciennes embarcations spécifiquement conçues pour la navigation en mer à avoir jamais été identifiées. On relève également sur ces sites des installations maritimes, qui doivent encore – pour la plupart d’entre elles – faire l’objet d’une étude approfondie. Au ouadi el-Jarf, la grande jetée en forme de L qui délimite la zone de mouillage est sans conteste l’une des plus anciennes structures portuaires actuellement connues au monde (elle peut sans problème être datée du début de la IVe dynastie – c. 2600 av. J.-C. par le matériel qui lui est associé). Un très grand bâtiment de pierres sèches, édifié à la même période à deux kilomètres en retrait du rivage, est sans doute lui aussi lié à la concentration de matériel et à la construction d’embarcations, ce que la fouille, prévue ces prochaines années, permettra peut-être d’assurer.

Expéditions minières, contacts proches et lointains

Notre connaissance des contacts que l’on pouvait établir depuis cette côte de la mer Rouge a également progressé. Il est évident que la raison d’être de ces aménagements portuaires était avant tout l’organisation des expéditions minières qui permettaient d’obtenir, au sud de la péninsule du Sinaï, notamment le minerai de cuivre. Les textes de l’Ancien Empire découverts à Ayn Soukhna mentionnent à plusieurs reprises cette région, sous le terme imagé de « Terrasses de la turquoise » qui la désigne régulièrement à cette époque. Le minerai de cuivre provenant de la Péninsule a d’ailleurs, à certaines périodes, manifestement été transféré sur la côte égyptienne pour y être traité dans de meilleures conditions : plus d’une centaine de fours de réduction de la malachite ont ainsi été identifiés à Ayn Soukhna – ce qui a permis d’étudier en détail sur ce site la chaîne opératoire du cuivre. Les informations obtenues lors de l’examen des sites mêmes de l’exploitation au Sinaï (mines, habitats, structures artisanales) permettent d’avoir la vision complémentaire du déroulement de ces expéditions au terme de leur parcours. Un autre objectif possible des Égyptiens, s’ils embarquaient sur le golfe de Suez, pouvait être le lointain pays de Pount, connu pour des produits exotiques comme la myrrhe et l’encens, que la plupart des chercheurs situent maintenant aux confins méridionaux de la mer Rouge (Bab el-Mandab, golfe d’Aden). La mention à Ayn Soukhna de bateaux kebenet, que la documentation égyptienne présente régulièrement comme des embarcations conçues spécifiquement pour la navigation au long cours, la découverte récurrente sur ce site de fragments d’obsidienne brute, dont l’origine est probablement l’Éthiopie, rendent vraisemblable l’organisation de ces opérations lointaines depuis cette base. Le site du ouadi el-Jarf a pu également être utilisé dans cette même perspective, à une époque plus ancienne, ce que la poursuite des travaux permettra peut-être de démontrer.

Informations historiques

Enfin, les recherches effectuées sur ces trois sites permettent régulièrement d’obtenir des données qui ont des implications plus générales pour l’histoire de l’Égypte ancienne, dont plusieurs aspects peuvent être éclairés par le renouvellement de la documentation. Deux exemples distincts peuvent en être donnés pour les seules découvertes effectuées en 2012-2013. La découverte au Sud-Sinaï, sur le site du ouadi Ameyra, d’une série importante d’inscriptions rupestres s’échelonnant entre la fin du prédynastique et la IIe dynastie (c. 3200-2800 av. J.-C.) a non seulement profondément modifié la chronologie des expéditions envoyées au Sinaï par les Égyptiens, que l’on ne pensait pas jusqu’ici antérieures à 2700 av. J.-C., mais également apporté de très nombreuses données nouvelles sur l’émergence de l’État pharaonique. L’une des plus importantes est la première mention connue de la ville de Memphis (« les Murs Blancs »), étroitement associée ici au nom d’un roi Iry-Hor, bien antérieur au règne de Narmer qui est pourtant régulièrement présenté comme son fondateur. Dans un autre domaine, la découverte des papyrus de Chéops sur le site du ouadi el-Jarf (plus de 400 fragments de papyrus de différentes tailles) a presque doublé la masse des textes connus à cette période ancienne de l’histoire de l’Égypte, qui était essentiellement constituée jusque-là de formules funéraires placées dans les tombes des hauts personnages de cette période. Ils nous offrent pour la première fois un aperçu interne de l’administration de cette période, ainsi qu’une série de textes narratifs uniques dans leur genre, qui font apparaître la pyramide de Chéops en cours de construction. La découverte de tels éléments est le fruit du hasard, mais on peut encore espérer trouver d’autres papyrus dans la poursuite du dégagement, ces prochaines années, du système de magasins présent sur le site, dont seul un tiers à peu près a été fouillé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.