15 ans de recherches au Sinaï et dans le golfe de Suez : résultats et perspectives

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

Au terme de 15 années de travail sur le terrain, notre connaissance de l’utilisation du littoral de la mer Rouge par les Égyptiens à l’époque pharaonique a été profondément renouvelée par l’exploration archéologique des trois sites qui sont étudiés dans … Lire la suite

Nos prochaines conférences

–  21 mars 2015, Cl. Somaglino, « Ayn Soukhna and exploring the Red Sea: from the reign of Khephren to the end of the XVIIIth dynasty », Networks of the Red Sea : travel, trade and connections, Joint Study Day for the Friends of the Petrie Museum and The British Foundation for the Study of Arabia, Petrie Museum, Londres (programme complet de la journée d’étude)

– 26-30 mai 2015 : Red Sea VII Conference, Naples, Universita l’Orientale. Nous interviendrons lors de quatre conférences :

  • S. Esposito, « River Boats and Sea-going Ships. Lexicographical Analysis of Nautical Terms from Old Kingdom Sources »
  • P. Pomey, « The Rock Engraving of Boat of Sinai and the Pharaonic Maritime Expeditions »
  • Cl. Somaglino, « Last news from Ayn Soukhna »
  • P. Tallet, « Five Archaeological Campaigns on the Harbour of Khufu in Wadi el-Jarf »

– 12 juin 2015 : Cl. Somaglino, « Les Egyptiens et la Mer Rouge à l’époque pharaonique : les fouilles archéologiques du site d’Ayn Soukhna », salle des fêtes de Vinsobres (26), 20h30

 

AMeRS

L’Association Mer Rouge-Sinaï (AMeRS) est une association de loi 1901, qui a pour objectif de promouvoir la recherche sur l’étude des liens, échanges et contacts autour de la mer Rouge durant l’Antiquité pharaonique, notamment en direction du sud de la péninsule du Sinaï et du lointain pays de Pount, encore mal identifié, aux confins méridionaux de cette mer. Pendant longtemps, l’activité navale des anciens Égyptiens en mer Rouge a été méconnue : seule la voie terrestre contournant le golfe de Suez était envisagée pour les contacts anciens avec le sud de la péninsule du Sinaï, une zone stratégique où lEtat pharaonique envoyait à intervalle régulier des expéditions pour rapporter du cuivre et de la turquoise, des produits nécessaires au prestige de la royauté, et à la bonne réalisation de ses projets monumentaux. De la même façon, de nombreux chercheurs pensaient que les contacts avec Pount reposaient pour l’essentiel sur une navigation fluviale vers lamont du Nil, permettant d’entrer indirectement en contact avec des populations de la corne de l’Afrique. 
 
Ifao - D. Laisney
Ifao – D. Laisney
Depuis le début des années 2000, de spectaculaires découvertes archéologiques et épigraphiques sur plusieurs sites de la côte de la mer Rouge et dans le Sud-Sinaï ont entraîné une réévaluation complète des relations entre la vallée du Nil et la péninsule sinaïtique, et, plus généralement, entre le Proche-Orient et la zone du Bab el-Mandab, ainsi que de leur chronologie. La reprise des travaux sur le site anciennement connu de Mersa Gaouasis (région de Safaga) a en effet en 2001 permis d’y identifier sans conteste possible un port ayant fonctionné tout au long du Moyen Empire. Entre deux expéditions maritimes, les bateaux qui y étaient utilisés étaient démontés et entreposés dans des galeries découvertes sur le site, où de nombreux vestiges en ont été retrouvés. La mise évidence en 2001 puis 2011 de deux autres points d’ancrages côtiers, au nord du golfe de Suez (respectivement à Ayn Soukhna et au ouadi el-Jarf) a permis de compléter ce tableau et de démontrer que ce système de « ports intermittents » avait été conçu par les Egyptiens sur la rive ouest de la mer Rouge au moins à partir du début de la IVe dynastie (règnes de Snéfrou et Chéops, c. 2600 av. J.-C.). Ces deux ports comptent aujourd’hui parmi les plus anciens connus au monde et leur redécouverte progressive permettra dans les prochaines années de mieux connaitre la nature même des installations maritimes, et des chaines d’assemblage des embarcations. De façon plus générale, l’abondante documentation épigraphique découverte sur ces sites offre parfois un nouvel éclairage sur certaines périodes de l’histoire égyptienne : la mise au jour sur le site du ouadi el-Jarf, en 2013, des papyrus les plus anciens connus au monde – datés de Chéops –  a permis d’avoir pour la première fois un aperçu direct du fonctionnement du chantier de la pyramide de ce roi, alors en construction.
 
AMeRS a été fondée par les membres des missions archéologiques travaillant sur plusieurs des sites importants de cette région : Ayn Soukhna et Ouadi el-Jarf dans le golfe de Suez, et la zone minière Sud-Sinaï, à l’aplomb des villes modernes d’Abou Zenima et Abou Rodeis. L’association soutient la poursuite de l’étude de ces sites, et permet, grâce aux donations de ses membres et de mécènes, de financer en partie les missions archéologiques qui y ont lieu chaque année.

Ce carnet présente les activités l’association, en particulier l’actualité des fouilles des sites archéologiques d’Ayn Soukhna et Ouadi el-Jarf, sur la côté occidentale du golfe de Suez en Egypte.

Pour nous contacter : association.mer.rouge.sinai@gmail.com