Sud-Sinaï / جنوب سيناء

Prospection de la zone minière du Sud-Sinaï

Ce programme a été mis en place en 2006, dans le cadre d’un partenariat entre l’Institut français d’archéologie orientale du Caire et l’université de Paris-IV Sorbonne. L’objectif était, dans le prolongement des études lancées sur le site d’Ayn Soukhna, d’étudier la zone qui constituait, le plus souvent, l’objectif des expéditions minières pharaoniques ayant transité notamment par cette installation portuaire. Un inventaire systématique de l’ensemble des sites occupés à l’époque pharaonique a pu être établi, au terme de huit campagnes successives sur le terrain d’une durée moyenne de 15 à 21 jours, chaque site archéologique faisant notamment l’objet d’un plan topographique détaillé [fig. 1].

Sinaï

Fig. 1 – Plan de la zone archéologique étudiée

Les mines de turquoise et les campements miniers du plateau de Sérabit el-Khadim ont ainsi été complètement cartographiés. Des ateliers métallurgiques destinés au traitement du cuivre ont également été découverts et étudiés en détail en plusieurs points de cette zone, notamment au ouadi Kharig, Ouadi Malha, Bir Nasb et Seh Nasb. Sur ce dernier site a été découvert un ensemble exceptionnel de plus de 3000 unités de réduction du cuivre datées de l’Ancien Empire (c. 2400 av. J.-C.), réparties dans une trentaine de batteries d’une longueur cumulée de plus d’un kilomètre [fig. 2].

fig. Sinai 2-léger

Fig. 2a

fig. Sinai 2b - léger

Fig. 2b – Fours de réduction du minerai de cuivre datant de l’Ancien Empire

Les derniers développements du projet ont également permis l’identification de plusieurs sites, à l’entrée de la zone minière, et au débouché d’une route terrestre venant du nord, qui correspondent aux tout premiers temps de l’histoire égyptienne. Une série d’inscriptions rupestres contemporaines de la formation de l’État égyptien ont ainsi été découvertes en septembre 2012 – elles permettent de démontrer que l’exploitation du Sinaï par les Égyptiens a commencé près de cinq siècles plus tôt que ce que l’on pensait jusque là (3200 av. J.-C. et non 2700 av. J.-C.) [fig. 3]. Ces inscriptions donnent également des informations nouvelles sur les conditions mêmes de la formation de l’État égyptien, et notamment sur l’ancienneté de la ville de Memphis, qui semble avoir été, dès les époques les plus anciennes, le point de départ de ces expéditions [fig. 4].

fig. Sinai 3-léger

Fig. 3 – Inscriptions rupestres du ouadi ‘Ameyra

fig. Sinai 5a-léger

Fig. 4a- Inscription rupestre du ouadi ‘Ameyra mentionnant Iry-Hor et Memphis

Fig. 5-b

Fig. 4b – Inscription rupestre du ouadi ‘Ameyra mentionnant Iry-Hor et Memphis (fac-simile)

Le projet d’étude de la zone minière du Sud-Sinaï devrait se poursuivre encore pendant une dizaine d’années, si les conditions permettant d’organiser les missions sont réunies – les opérations ont en effet dues être suspendues depuis 2013 en raison de la situation politique difficile de la Péninsule. L’objectif est maintenant d’approfondir la connaissance de la zone du ouadi el-Homr (la plus au nord) – qui a livré le matériel le plus ancien et le plus inattendu – et de s’étendre aux zones les plus méridionales de cette région, qui n’ont pas encore été étudiées. Une étude du Ouadi Maghara, au sud de la zone cette fois-ci, est également programmée, car ce site est clairement, selon l’épigraphie qui y a été découverte, en connexion directe avec les sites d’Ayn Soukhna et du ouadi el-Jarf aussi bien à l’Ancien Empire qu’au Moyen Empire.

Bibliographie :

Ouvrages :

1063

Tallet P., La Zone minière pharaonique du Sud-Sinaï I, Catalogue complémentaire des inscriptions du Sinaï, MIFAO 130, 2 vol., Le Caire, 2013 [sommaire : IF1063]

Tallet P., La zone minière pharaonique du Sud-Sinaï II, Les inscriptions pré- et protodyastiues du ouadi ‘Ameyra, MIFAO 132, 2015

Articles :

  • Tallet P., « Une inscription du roi Djer au Sud-Sinaï : la première phrase écrite en hiéroglyphes? », Abgadiyat 8, 2013, p. 121-126 [art._Adgadeyat_8-libre]
  • Tallet P., Laisney D., « Iry-Hor et Narmer au Sud-Sinaï (Ouadi ‘Ameyra). Un complément à la chronologie des expéditions minières égyptiennes », BIFAO 112, 2012, p. 381-398 [1201_tallet_laisney]
  • Tallet P., « Note d’information sur la fondation de la ville de Memphis au début de l’histoire pharaonique. De nouvelles données au ouadi ‘Ameyra (Sud-Sinaï), CRAI 2012, IV, p. 1649-1658 [Crai_12-4_05_Tallet-libre-3]
  • Rezk Ibrahim M., Tallet P., « Une nouvelle inscription d’Amenemhat II au Gebel al-Hasbar (Sud-Sinaï) », BSFE 180, 2011, p. 15-22 [BSFE_180-libre]
  • Tallet P., « Deux nouvelles stèles rupestres sur le plateau de Sérabit el-Khadim », dans D. Aston et al. (éds.), Under the Potter’s Tree, Mélanges Janine Bourriau, OLA 204, 2011, p. 933-947 [OLA204_Tallet_-_copie-libre-2]
  • Tallet P., Castel G., Fluzin Ph., « Metallurgical Sites of South Sinai (Egypt) in the Pharaonic Era : New Discoveries », Paléorient 37.2, 2011, p. 79-89 [TAP_paleorient_-_copie-libre-2]
  • Tallet P., « Le roi Den et les Iountiou ; les Egyptiens au Sud-Sinaï sous la Ire dynastie», Archéonil 20, 2010, p. 97-105 [A20-Tallet_-_copie-libre-3]
  • Tallet P., « La zone minière du Sud-Sinaï à l’époque pharaonique », Egypte, Afrique et Orient 59, 2010, p. 17-32 [N_59_P._Tallet_-_copie-libre]
  • Tallet P., « Amenemhat II et la chapelle des rois : à propos d’une stèle récemment redécouverte à Sérabit el-Khadim », BIFAO 109, 2009, p. 473-493 [BIFAO_109-libre-2]
  • Rezk Ibrahim M., Tallet P., « Trois bas-reliefs de l’époque thinite au ouadi el-Humur : aux origines de l’exploitation du Sud-Sinaï par les Egyptiens », RdE 59, 2009, p. 155-180 [Tallet-Sinai]
  • Tallet P., « Notes sur la zone minière du Sud-Sinaï au Nouvel Empire », BIFAO 103, 2003, p. 459- 486 [0304_Tallet]
  • Tallet P., « Notes sur le ouadi Maghara et sa région au Moyen Empire », BIFAO 102, 2002, p. 371- 387 [Bifao102_art_19]

Sinaï-2 Sinaï-aube Sinai-mer Sinaï-mont Sinaï-wadi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *