Ayn Soukhna 2016 : rapport de fouilles

Par Claire Somaglino (université Paris-Sorbonne), Georges Castel (Ifao), Pierre Tallet (université Paris-Sorbonne).

 

La quinzième campagne de fouilles sur le site d’Ayn Soukhna s’est tenue du 15 janvier au 1er mars 2016.

Elle était placée sous la direction du Pr Mahmoud Abd el-Raziq (égyptologue, université du Canal), sa co-direction scientifique étant assurée par Georges Castel (archéologue, Ifao) et Pierre Tallet (égyptologue, université Paris-Sorbonne). Elle a bénéficié d’un soutien logistique, scientifique et technique de l’Ifao, de l’université de Paris-Sorbonne et de l’UMR 8167 Orient & Méditerranée du CNRS. Y ont participé : Claire Somaglino (égyptologue, université Paris-Sorbonne), Valérie Le Provost (céramologue, Ifao), Maryline Sellier et Adeline Bats (égyptologues, doctorantes, université Paris-Sorbonne), Georges Verly (archéométallurgiste, EACOM), Jérôme Robitaille (ethnoarchéologue, doctorant, université Toulouse II-Le Mirail et EHESS), Ebeid Mahmoud (restaurateur, Ifao), Ihab Mohamed (photographe, Ifao), Mohamed Gaber (topographie, Ifao), Hosam El-Sawah (dessinateur), Adel Farouk (intendant, CSA), Gamal Nasr el-Din (raïs) et son équipe. Le CSA était représenté par Rabab Hamdy Aly, inspectrice du service des Antiquités de Suez.

Cette mission a bénéficié comme les années précédentes du soutien de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, de l’UMR 8167 du CNRS (Orient & Méditerranée, équipe Mondes pharaoniques) et de l’université Paris-Sorbonne, ainsi que des mécénats des sociétés Bouygues-Vinci (métro du Caire-L3), Vinci (barrage d’Assiout), Colas Rail, Total Égypte et Saint-Gobain Égypte.

Fouille de la zone basse du site d’Ayn Soukhna

Après une journée de nettoyage du site à notre arrivée mi-janvier, la fouille de la zone basse (zone 1), le long de la route, s’est poursuivie durant toute la saison.

Fig. 1 – Plan de la zone basse du site à l’issue de la campagne 2016 (© mission d’Ayn Soukhna)

Les dernières vérifications réalisées dans le secteur S 21-sud ont permis de confirmer la présence de niveaux d’occupation datant de l’Ancien Empire antérieurs à la construction de l’imposant bâtiment adossé à la falaise rocheuse au sud de la zone, fouillé depuis 2013. Cette toute première phase est installée directement sur le sable géologique ; elle consiste en séries de foyers successifs appartenant à une aire de production de nourriture.

La fouille du sud du secteur S 41 s’est poursuivie avec l’enlèvement des blocs provenant de la couche supérieure indurée de la falaise rocheuse, qui scellaient des niveaux d’occupation datant de l’Ancien Empire. Plusieurs strates se succèdent à cet endroit, sans véritable construction dans la zone dégagée cette année. On se trouve en présence d’un espace ouvert, qui a pu servir de dépotoir, d’où provient de la céramique fine à très fine comprenant beaucoup de formes ouvertes, ainsi quelques beaux morceaux de moules à pain de type bedja. Cet assemblage céramique pourrait dater de la Ve dynastie, ce que confirmerait le scellement parfaitement préservé retrouvé là. Il scellait un papyrus, comme en attestent les traces au revers et a été solidifié au contact d’une source de chaleur, ce qui explique son très bon état de conservation et l’exceptionnelle lisibilité de son inscription : entre deux serekh donnant le nom d’Horus du roi – dont il ne reste que le dernier signe car la languette d’argile utilisée n’était pas assez haute par rapport aux dimensions du sceau cylindre – apparaît la mention […] mšʿ sbȝ n(y)-sw.t, « […] troupe l’étoile du roi ». Il pourrait s’agir du nom de l’une des équipes qui a fréquenté le site au cours d’une expédition de l’Ancien Empire.

La fouille de S 41 s’est également poursuivie pour les niveaux du début du Moyen Empire, à l’est de la zone (fig. 2). L’ensemble E 7-E 26 a fini d’être dégagé et le premier sol d’occupation de E 26 repéré. Il était encore jonché de nattes et de fragments de jarres de stockage. L’accès à ce bâtiment a été dans un second temps complexifié avec l’aménagement de E 26, une petite pièce quadrangulaire (1,38 x 1,37 m), construite avec un appareil de plus petit module. Au sud-est de cet ensemble, un mur semi-circulaire également en petit appareil délimite un four ou foyer (env. 1,26 x 1,53 m), identifiable grâce à une couche de cendres très noires recouvrant une zone rubéfiée. Une structure de même type, mais plus large, a été repérée dans le secteur S 46 (E 20).

Fig. 2 – Les secteurs S41 et S41-Est (© mission d’Ayn Soukhna)

Fig. 3 – Batterie de fours (F64-66) (© mission d’Ayn Soukhna)

Au nord-est de cet ensemble, une nouvelle batterie de quatre fours de réduction du cuivre (F 64-66), intégrée à un atelier, a été identifiée (fig. 3). Seule sa partie inférieure est préservée. Comme les autres bâtiments construits dans la dépression et sur le gebel dans la partie nord de S 41, cet atelier est édifié directement sur la couche qui est venu combler et masquer la « canalisation » de l’Ancien Empire, repérée là encore en 2015. La fouille de la batterie de four n’a pas permis d’en poursuivre l’analyse cette saison ; cette opération est prévue pour la mission 2017.

La zone de fouille a été élargie vers l’est dès le début de la campagne 2016 (secteur S 41-est). Le dégagement d’anciens déblais, ainsi que des couches ne présentant pas de vestiges archéologiques a été réalisé au moyen d’un bulldozer. Ce secteur nord-est, recouvert par une couche relativement uniforme de sédiment argileux mélangé à des cendres, comprend en son centre un vaste espace laissé libre lors de son occupation au début du Moyen Empire. Cet espace sépare S 41 d’un autre ensemble qui commence à apparaître au nord-est de l’extension, où la succession des niveaux à forte concentration de cendres et l’abondance des tessons de céramiques indique une zone d’activité artisanale, utilisée pendant plusieurs phases. Le dégagement du gebel dans cette zone a également permis de repérer un trou de poteau creusé dans le rocher et peut-être le début d’un autre creusement de plus grande ampleur. Il est malheureusement situé sous la limite nord de la fouille, qui ne peut être reculée à cet endroit en raison du passage de câbles de fibre optique. Peut-être faut-il y voir des aménagements du rocher, contemporains de la tentative de creusement d’une fosse en relation avec les installations portuaires identifiée à quelques mètres de là lors de la précédente campagne.

Au sud de S 41 et S 41-est, dans le secteur S 6-nord, la réalisation d’un sondage sous l’espace 1 a permis de reconnaître la première occupation, directement sur le gebel. Comme souvent sur le site, le rocher a été creusé de fosses et quelques pierres signalent l’existence d’aménagements légers. Les niveaux de comblement au-dessus de gebel sont très riches en céramique, qui semble dater du début du Moyen Empire (mais avec des intrusions de céramique de l’Ancien Empire), et contiennent en particulier 22 fragments d’un type qui n’avait jamais encore été trouvé sur le site : la pâte employée, de même que les motifs décoratifs imprimés sur le corps de la céramique, orientent vers une provenance de la corne de l’Afrique, sans qu’aucun parallèle exact n’ait pu être identifié dans les publications à ce stade de nos recherches. Nous sommes bien sûr très tentés d’y voir de la céramique du pays de Pount (fig. 4).

Fig. 4 – De la céramique de Pount ? (© mission d’Ayn Soukhna)

Durant la phase suivante, un lot de quatre outils en cuivre de différents types, pliés et enroulés dans un morceau de tissus, sans doute dans l’attente de leur réutilisation, a été abandonné dans un bâtiment il ne reste que peu de traces. Les pièces E 1 et E 2 sont ensuite édifiées. Nous avons pu identifier trois phases d’utilisation successives de ces pièces, datant toutes du début du Moyen Empire. Au cours de la deuxième phase, sept jarres de stockage y ont été soigneusement rangées, vides, avec deux meules (fig. 5-6). Ces jarres présentent la particularité d’arborer la même marque incisée après-cuisson sur leur panse (fig. 7). Un phénomène similaire avait été observé pour l’ensemble de 11 jarres de S 41-E 16 en 2014. Ceci pourrait confirmer notre hypothèse selon laquelle ces marques correspondaient à des signes de reconnaissances pour chaque équipe ou subdivision d’équipe de l’expédition. La distribution des vivres se faisait donc sans doute à chacune de ces unités, sous forme de jarres de grain. Plusieurs tessons portant la même marque ont également été retrouvés dans les couches immédiatement au nord de E 2.

Fig. 5 – Le secteur S6-Nord (© mission d’Ayn Soukhna)

Fig. 6 – Ensemble de 7 jarres bouteilles du début du Moyen Empire retrouvé en S6-Sud (© mission d’Ayn Soukhna)

Fig. 7 – Jarre-bouteille de début du Moyen Empire appartenant à l’ensemble de 7 jarres retrouvé en S6-Sud (dessin A. Bats, © mission d’Ayn Soukhna)

L’ensemble E 1-E 2 est ensuite presque entièrement dissimulé par plusieurs couches de rejets et d’abandon, datant du début du Moyen Empire. Une dernière installation très légère, constituée de quelques rejets cendreux et métalliques ainsi que de foyers non construits vient clore la chronologie de l’occupation dans ce secteur.

Des bâtiments en pierres sèches ont également été identifiés et fouillés au sommet de la falaise rocheuse dominant la zone basse (secteur S 6) (fig. 8). Leur emplacement n’est pas pour surprendre, puisque dans la zone du kôm 14, un ensemble de constructions avait été édifié dans une position similaire. La fouille, qui devra se poursuivre lors de la prochaine mission, a révélé plusieurs phases d’installation datant du début du Moyen Empire. Le positionnement en hauteur, sur le rocher, a contribué à isoler les vestiges de l’humidité qui imprègne généralement les couches archéologiques de la zone basse, ce qui a permis une bien meilleure conservation des artefacts les plus fragiles (nattes, tissus, cordes). On notera en particulier un bel ensemble constitué de plusieurs meules, de deux nattes et d’une corne de capriné dans l’espace 2.

Fig. 8 – Les bâtiments du secteur S6, sur le promontoire rocheux (début du Moyen Empire) (© mission d’Ayn Soukhna)

Revenons maintenant à l’ouest de la zone de fouille : le dégagement du secteur S 46 avait débuté en 2014 et l’aire fouillée progressivement agrandie. Lors de la précédente campagne, l’extension nord du secteur avait simplement été dégagée en surface, laissant apparaître la phase d’abandon de la dernière occupation. La fouille proprement dite a pu en être effectuée cette année (fig. 9-10).

La partie nord de ce secteur était essentiellement dédiée à des activités en relation avec la préparation de la nourriture (en particulier le pain). Il semble y avoir eu durant l’ensemble des phases d’utilisation – qui datent toutes du début du Moyen Empire – une continuité fonctionnelle dans l’occupation de cet espace, ce qui pourrait soulever la question de la participation des mêmes personnels à plusieurs expéditions ou de la transmission d’une mémoire spatiale du site d’une expédition à l’autre.

Fig. 9 – Secteur S46, début du Moyen Empire, vue nord-sud (© mission d’Ayn Soukhna)

Fig. 10 – Secteur S46, début du Moyen Empire, vue nord-ouest/sud-est à la fin des dégagements (© mission d’Ayn Soukhna)

La toute première phase d’occupation, installée directement sur le substrat rocheux, ne semble pas comprendre de bâtiments (fig. 10) : quatre foyers circulaires d’environ 75 cm de diamètre, alignés et régulièrement espacés sur un même axe, fonctionnent avec plusieurs fosses et trous de poteaux. Les premiers bâtiments sont construits durant la phase suivante, autour d’un espace central laissé libre, où continuent à se dérouler des activités de cuisson (multiples foyers et cercles de pierres correspondant à des fours à pain) et où sont rejetés cendres et tessons de céramique (fig. 9). Des bâtiments sont construits également au sud de l’espace central (en S 46, S 38-nord et S 37-nord) – où l’on note également la présence de trois batteries de fours de réduction –, ainsi qu’à l’est, autour et sur un promontoire rocheux.

Ces pièces sont utilisées pendant au moins deux phases principales, la première correspondant à la phase de construction, la seconde à une réutilisation, qui s’accompagne de réaménagements : plusieurs murs sont exhaussés dans un appareil de plus petit module ; des annexes sont ajoutées (E 15-E 16). C’est à ce moment également que le bâtiment situé à l’ouest de l’espace central est édifié. Il est lui aussi construit en petit appareil. Sa fouille devra être poursuivie lors de la prochaine saison, puisque la partie ouest du bâtiment continue sous la limite ouest de la fouille.

Autres activités

Galerie G 9 : fouille et restauration

La conservation des parois en mudstone de la galerie G 9 et le projet de restauration des planches carbonisées du navire ont été l’objet d’un avant-projet réalisé par Abeid Mahmoud. Le nettoyage des parois de la galerie a tout d’abord été opéré, ainsi que la fouille de l’entrée sur une surface de 6 m x 2,50 m. Cette zone n’avait en effet pas été complètement dégagée lors des fouilles antérieures. Elle a révélé sous les blocs effondrés du plafond, la présence de planches carbonisées et de cordages ; un abondant matériel céramique reposait sur le sol. Au cours des travaux, les planches et les cordages du navire ont été consolidés.

Étude du matériel archéologique

L’analyse du matériel archéologique a été poursuivie, en particulier par l’étude des scellements provenant des galeries par Pierre Tallet. L’étude de la céramique de la zone basse a été reprise par Valérie Le Provost et celle des vestiges archéométallurgiques par Georges Verly. Jérôme Robitaille a poursuivi l’analyse de l’outillage macrolithique (meules, molettes, percuteurs…).

Formation

Quatre inspectrices et un inspecteur du S.A. ont bénéficié d’une formation au relevé archéologique triangulé et au dessin de céramique organisée par l’Ifao à Ayn Soukhna.

Pour citer ce billet : "Ayn Soukhna 2016 : rapport de fouilles", par AMeRS. Publié sur AMeRS le 05/03/2017. Lien : http://amers.hypotheses.org/481.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *