Rapport d’activité de la saison 2015 au ouadi el-Jarf

Pierre Tallet

La cinquième campagne de la mission archéologique du ouadi el-Jarf s’est déroulée du 7 mars au 12 avril 2015. Y ont participé : Pierre Tallet, égyptologue (chef de mission, université de Paris-Sorbonne), Grégory Marouard, archéologue (Oriental Institute de Chicago), Damien Laisney, topographe (Maison de l’Orient et de la Méditerranée), Georges Castel, architecte de fouilles (Ifao), Aurore Ciavatti, doctorante (université de Paris-Sorbonne), Serena Esposito, doctorante (université de Paris-Sorbonne), Mohamed Abd el-Maguid, spécialiste de l’archéologie sous-marine (CSA), François Briois (archéologue, CNRS), Joséphine Lesur (paléozoologue, Muséum d’histoire naturelle), Anita Quilès (directrice du pôle archéométrie, IFAO), Gael Pollin (photographe, IFAO), Adeline Bats (doctorante, université de Paris Sorbonne), Camille Lemoine (dessinatrice IFAO), Hassan Mohamed, restaurateur (Ifao), Adel Farouk, intendant (CSA). Le Conseil suprême des antiquités a été représenté par Hassan Mohamed Abdel Aziz Mohamed, de l’inspectorat de Suez. L’équipe de 50 ouvriers de Gourna a été dirigée par le reïs Gamal Nasr al-Din. Outre les financements accordés par l’Ifao, le CNRS (Umr 8167 Orient et Méditerranée) et le ministère des Affaires étrangères, la mission a bénéficié d’une aide logistique et d’un mécénat accordés par les sociétés Vinci et Colas Rail.

La fouille a cette année encore été menée en parallèle sur deux sites distincts, dans le prolongement des travaux effectués au cours de la campagne de 2014, une partie de l’équipe travaillant sur le complexe des galeries entrepôts, l’autre sur le littoral, deux zones éloignées de 6 km l’une de l’autre.

  1. La zone des galeries magasins.

Les campagnes de fouilles effectuées sur le site de 2011 à 2014 ont été en grande partie consacrées à l’étude d’un premier ensemble de galeries de stockage aménagé de façon rayonnante autour d’une petite éminence rocheuse (galeries G1 à G17 – fig. 1)

Fig. 1 : plan topographique de la zone des galeries G1-G17 après fouille (Damien Laisney)

Fig. 1 : plan topographique de la zone des galeries G1-G17 après fouille (Damien Laisney)

Le dégagement de la plateforme aménagée devant les galeries G8, G9, G10 et G11, entièrement constituée de gros blocs de calcaire de plusieurs tonnes, avait été lancé lors de la campagne de 2014 L’étude de ce dispositif de fermeture complexe s’est poursuivie au cours de la campagne de 2015 – il a mis notamment en valeur deux bassins aménagés devant les entrées de galeries servant à la préparation de l’argile destinée à une production de poterie utilitaire sur le site. Plusieurs fragments de papyrus, et un papyrus complet donnant les noms et les titres d’un responsable de la IVe dynastie (le « Grand du palanquin » Neferirou) ont également été recueillis dans ce secteur. La fouille des galeries G8 et G9 a pu être menée à bien, celle de la galerie G11 a été lancée. La fouille a également continué dans les galeries G6 et G7, cette dernière ayant livré, entre autres, de nombreuses pièces de bateaux, certaines portant encore des annotations à l’encre rouge sans doute destinées à leur identification ont été recueillies. Enfin, dans le secteur des galeries G15 et G16, en contrebas de celles-ci, une tentative de percement d’une galerie inachevée, à un niveau inférieur à celui où sont aménagées les autres galeries du secteur, a pu être mise en évidence (fig. 2). Ce travail est également l’occasion d’étudier de façon précise une rampe aménagée pour acheminer vers les entrées des galeries les gros blocs destinés à en condamner les entrées.

Fig.2 - copie

Fig. 2. Galerie inachevée en contrebas des galeries G15-G16 (photo mission ouadi Jarf)

Une campagne sera encore nécessaire pour terminer l’étude de ce secteur important du site, qui a livré entre autres un très important lot de papyrus bien datés de la fin du règne de Chéops. Les galeries G10, G11 et G17 doivent encore être dégagées, et un complément d’information devra être effectué sur les rampes du secteur G15-G16. Un abondant matériel comprenant – outre les fragments d’embarcations et la céramique – des tissus, des vanneries, des objets en cuir, des outils de bois et de pierre a été entreposé dans les magasin du site dans l’attente de son étude par des spécialistes.

  1. Etude des fours de potiers de la IVe dynastie.

Sur la rive nord du large ouadi qui ceinture la butte des galeries G1 à G17 au nord, de nombreux éléments de surface repérés dès la toute première campagne laissaient soupçonner la présence de vestiges de fours destinés à la cuisson de la production locale de céramiques. Deux sondages ont permis la mise au jour de deux fours de potiers localisés dans des cavités abritées tant des crues soudaines que des forts vents dominants venant du nord. Les deux structures – 3047 et 3052 (fig. 3) – ont été conservées au niveau de leur chambre inférieure de chauffe et correspondent bien aux caractéristiques techniques très particulières (chambre de chauffe excavée dans le substrat rocheux, cuvelage de l’infrastructure construit en blocs de calcaire, etc.) déjà reconnues pour un premier ensemble de deux fours – 1022 et 1030 – mis au jour en 2012 en contrebas des galeries G7-G17.

Four de potier 3052 (photo Grégory Marouard)

Four de potier 3052 (photo mission ouadi Jarf)

Ces deux nouveaux exemples présentent toutefois des dimensions sensiblement différentes. Le plus petit à l’est – 3047 – mesure 2,60 m de long pour 1,80 m de large et le plus grand – 3052 – pratiquement 4,00 m de long pour 2,60 m de large, le diamètre interne de la chambre basse atteignant dans ce cas plus de 2,00 m de diamètre sans l’alandier. Ce dernier four, le plus grand découvert au ouadi el-Jarf, semble avoir été employé pour la cuisson des grandes jarres de stockage tandis que le plus petit aurait pu recevoir une fonction plus ciblée notamment pour la cuisson des céramiques les plus fines du répertoire local. Dans les deux cas, l’emploi de briques crues a pu être observé dans la chambre basse et le volume comme la nature des couches de comblements observées lors de la fouille semblent confirmer l’usage privilégié de ce type de matériau de construction pour la partie supérieure du four. Dans les deux cas également, les dépotoirs et rebus de production de céramiques ont été rejetés directement à côté de la zone de chauffe. Ces concentrations ont livré de très nombreux fragments de céramiques locales présentant divers degrés de cuisson, dont plusieurs surcuits et déformés, mais également un volume important de fragments de gros conteneurs ovoïdes en pate alluviale fortement brulés et que les potiers auraient pu réutilisé pour constituer la couverture thermique supérieure du four lors des phases de cuisson.

  1. Fouille et étude de la zone littorale.

La campagne de 2015 a permis d’achever la fouille de la Zone 6, qui comprend l’ensemble des installations portuaires – émergée et immergée – situées en bordure de la mer Rouge. Engagés en 2013, les travaux archéologiques des deux dernières missions avaient notamment conduit à la découverte d’un vaste ensemble construit en pierre de 40 m long sur 28 m de large, comprenant deux bâtiments dits « en dents de peigne » exclusivement occupés au tout début de la ive dynastie et entre lesquels une centaine d’ancres de bateau avait été déposées avant l’abandon définitif du complexe.

La découverte à la fin de la campagne de 2014, dans un niveau de sol extérieur à l’ouest du Bâtiment 1, d’une importante concentration de fragments de scellements d’argile portant le nom d’Horus et le cartouche de Chéops a encouragé cette saison une vérification méthodique des niveaux d’occupation internes dont la fouille n’avait pu être totalement achevée. Une fouille stratigraphique attentive et un tamisage fin ont permis de confirmer la présence systématique, mais dans des quantités souvent variables, de petits fragments de scellements en argile piégés dans les premiers sols d’occupation de chacun des espaces allongés du Bâtiment 1. Deux catégories sont clairement apparues : des scellements en argile sigillaire fine, brune et très sombre, originaire de la vallée du Nil, et des scellements plus grossiers réalisés à l’aide d’une argile jaunâtre très sableuse et indéniablement locale. Quantitativement, le premier groupe domine nettement les assemblages et indique ici des opérations d’ouverture de conteneurs de type sacs, paniers ou boites qui ont été scellés dans la Vallée à l’origine. Toutefois la présence du second groupe souligne qu’une activité de scellement de conteneurs et/ou de reconditionnement a également eu lieu ici. Ces découvertes tendent à confirmer au sein du Bâtiment 1 un stockage officiel et des activités à caractère administratif. La chronologie du mobilier céramique correspond également au temps de Chéops, seul et unique règne attesté au sein du mobilier sigillaire. L’ensemble des résultats de la fouille de ce secteur mettent à nouveau l’accent sur la relation qui existe entre le port du ouadi el-Jarf et le chantier de la pyramide de Giza, plusieurs titres de fonctionnaires identifiés sur les empreintes de sceaux mentionnant leur relation avec le complexe funéraire de ȝḫt Ḫwfw « l’Horizon de Chéops ».

Cette dernière campagne sur la côte a été également l’occasion de procéder à un dégagement extensif de toute la partie émergée de la jetée brise-lame (fig. 4), une opération rendue compliqué par les phénomènes de marée qui ont souvent gêné la fouille de la section la plus proche du rivage.

Fig. 4. Partie terrestre de la jetée ouadi el-Jarf (photo cerf volant Damien Laisney)

Fig. 4. Partie terrestre de la jetée ouadi el-Jarf (photo mission ouadi Jarf)

La structure a été néanmoins reconnue sur toute sa longueur, d’une quarantaine de mètres, ce qui porte la longueur totale de sa section est-ouest à 205 m (environ 390 coudées) en y ajoutant les 165 m immergés déjà cartographiés. Sur la plage, la largeur conservée de la structure varie très fortement de 1,70 m à 6,50 m. Dans toute la moitié ouest, protégée par un fort ensablement, les deux faces externe – nord – et interne – sud – ont été bien préservées et la jetée présente ici une largeur homogène de 5,75 m à 6,25 m (environ 11 ou 12 coudées). La face externe a été retrouvée dans un état de conservation exceptionnel révélant un soin particulier de la construction et un tracé aussi original qu’inattendu. On y observe en effet un montage ordonné des gros galets de calcaire qui la constituent et un fruit prononcé et très régulier. Le cœur de la jetée concentre à l’inverse un enrochement plus petit mais extrêmement solide qui a été visiblement compacté et damé avec un liant d’argile jaunâtre. L’observation du montage des blocs a aussi révélé une construction très technique en sections accolées d’environ 5,50 m à 6,00 m de long (à nouveau 11 ou 12 coudées) dont les angles sont systématiquement montés à l’aide de blocs plus gros et chaînés. Chacune de ces sections – au moins 5 ont été reconnues – présente une face non pas rectiligne mais très nettement concave (fig. 5) qui a été produite volontairement par les constructeurs, sans doute afin d’accentuer la résistance de cette partie de la jetée davantage exposée aux forts courants littoraux venant du nord et aux attaques répétées de la houle.

Fig. 5. détail de la construction de la jetée (photo mission ouadi Jarf)

Fig. 5. détail de la construction de la jetée (photo mission ouadi Jarf)

La préparation d’une synthèse des résultats archéologiques de l’ensemble des vestiges archéologiques de cette zone est en cours, la remise du manuscrit étant prévue courant 2016. Dans cette perspective, la couverture photographique complète du matériel provenant de ce secteur, ainsi que les dessins d’une grande partie du mobilier céramique et des objets a pu être effectué au cours de cette campagne.

  1. Etude des papyrus du ouadi el-Jarf

L’étude des nombreux fragments papyrus recueillis sur le site s’est poursuivie cette année, et les derniers fragments utilisables du lot documentaire découvert en 2013 ont été mis à plat. Dix plaques de verres ont été encore cette année remises à l’inspectorat de Suez à la fin de la mission. L’étude des journaux de bord des équipes de Chéops s’est poursuivie tout au long de l’année, et un premier volume concernant les papyrus A et B (les mieux conservés du lot) consignant le « journal de Merer », un responsable chargé d’acheminer des pierres des carrières de Tourah au chantier de la pyramide de Chéops, est en cours de préparation, et devrait être remis pour publication dans le courant de l’année 2016. En février 2015, un colloque international sur les papyrus de l’Ancien Empire a en outre été organisé à Paris en marge de cette découverte, dans le cadre d’une collaboration entre l’université de Paris-Sorbonne et l’université de Genève – les actes sont également en cours de publication.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *